Nos 41 colistiers

  1. NAUD Emmanuel
  2. SUIN Valérie, directrice financière d’une association nationale
  3. DE CARVALHO Sébastien, directeur de structures d’insertion
  4. NGNINTENG Prisca-Diane, office manager
  5. LEMOINE Cyril, directeur immobilier
  6. LOISELEUR Sylvie
  7. AMARA Tawfiq
  8. BENNACER Hanane, enseignante
  9. AIT OUFELLA Rafik, ingénieur informatique
  10. SOUSSA Ella Tatiana, chef d’entreprise
  11. BOUGEARD Gilles, chef d’entreprises dans le secteur de la logistique
  12. DA PONTE Kahina, consultante et enseignante en communication
  13. GHAZI Sidi Mohamed, employé dans la logistique
  14. ARRAHMANE Anissa, agent aéroportuaire
  15. BOULANOUAR Amine, ingénieur commercial
  16. BEKHADDA Celia, étudiante en chimie biologie
  17. OUAFI Selim, déclarant en douane
  18. BEN SEDDIK Noreya
  19. GIBIER Gregg, cadre dans un banque, spécialiste de RSE
  20. DELLALI Nadra, employée de restauration
  21. DINALLY Shakeel, directeur d’accueil collectif de mineurs
  22. KAMOUN Souhile
  23. BOURDIM Amar
  24. DEZARANUD Julie
  25. DHOUILLA Hatem, chef d’entreprise dans le secteur du numérique
  26. MENDY Donna-Caroline, conseillère principale d’éducation
  27. NICOLAS Frédéric
  28. DIAWARA Fatoumata
  29. BELKADI Lyes-Lounis
  30. KEBE Naye
  31. SYLLA Alimany
  32. MEZRAÏ Sheerazad, chef d’entreprise dans le secteur automobile
  33. M’RAH Djamel
  34. VALOT Cindy
  35. REYMONENQ Loris, conducteur de métro RATP
  36. BALLOY Francine
  37. DE OLIVEIRA Landry
  38. NICOLAS Priscillia
  39. PIES Jean Aurélien
  40. ALVES Rosalie
  41. GRANDISSON Vincent

Avec Asensi, le débat démocratique c’est mensonges et calomnies

Nous ne pensions pas voir circuler de telles inepties, un si grand nombre d’attaques, mais le maire sortant semble bien sentir le souffle nouveau qui va le pousser vers la sortie après 29 longues années de règne. Il en est réduit à faire circuler des papiers injurieux et calomnieux sur le seul candidat et son équipe qui proposent enfin une alternative pour Tremblay, avec un projet concret et ambitieux.

Voyez le niveau des attaques que nous subissons de la part d’Asensi et de ses sbires :

Plutôt que répondre à notre projet, que nous avons construit avec et pour les habitants, avec le support d’experts pour inventer des solutions innovantes pour notre ville, le maire sortant invente purement et simplement des inepties en prétendant qu’elles sont notre programme. Tellement pathétique !

Emmanuel Naud respecte tous les habitants

Les tremblaysiens veulent-ils continuer avec un maire qui s’est essoufflé au cours de ses 29 années de règne, qui utilise des moyens déloyaux face à ceux qui ont l’audace d’ouvrir la voie du changement face à lui dans une élection démocratique ?

Pour Emmanuel NAUD, la démocratie, cela consiste à se présenter devant les électeurs avec une équipe et un programme, en laissant chaque électeur exercer ses choix de façon adulte et responsable, dans le respect de chacun. Notre équipe fait confiance à l’intelligence et la clairvoyance des habitants de notre ville.

Enfin la volonté politique avec Emmanuel Naud d’en finir avec le bouchon du Vert Galant : dévier le trafic hors de la ville !

Tout comprendre en moins de 3 minutes

Un progrès majeur pour la qualité de vie de tous les tremblaysiens !

Nous sommes asphyxiés.  Les voitures qui traversent notre ville forment des bouchons continus sur l’axe nord-sud. Depuis 20 ans, divers aménagements ont été réalisés par la municipalité, à l’intérieur de la ville alors que le problème est à l’extérieur : la Francilienne est saturée !

Nous lançons l’initiative de renforcer significativement la capacité des grands axes de circulation contournant la ville, afin d’éviter que Waze, Google Maps et les autres applis envoient dans nos rues des milliers de véhicules qui n’ont rien à y faire.

Deux modifications majeures sont prioritaires :

  • Passer l’A104 (Francilienne) à deux fois trois voies sur l’axe nord-sud, au moins entre la N2 au nord et la N3 au sud.  
  • Ajouter deux bretelles à l’échangeur 6b entre l’A104 et la N3 pour éviter des détours saturés par la D84 et la D105 (dont cinq ronds-points et une traversée dangereuse de voie).

Avec Emmanuel Naud, contre la pollution, le bruit, pour la qualité de vie au quotidien !

Un revenu universel pour tous les tremblaysiens

Tout comprendre en 5 minutes 30

Le revenu universel est destiné à tous les tremblaysiens de 16 ans et plus, pas seulement ceux qui sont en difficulté

Nous proposons un « vrai » revenu universel, qui bénéficie à toute la population, sans aucune exception. Les nuisances sonores et la pollution atmosphérique des voitures, camions et avions, c’est pour tout le monde. Les taxes que versent les entreprises qui travaillent sur la zone aéroportuaire doivent en partie compenser ces inconvénients qui frappent toute la population, sans discrimination.

Le montant que nous envisageons pour la première année est de 600 euros par personne

Notre proposition est inspirée du revenu universel que verse l’Alaska depuis 1982 à tous ses résidents : environ 1.000 à 2.000 dollars, une seule fois par an. Mais à Tremblay-en-France, on n’a pas de pétrole, on a juste la vapeur du diesel et du kérosène ! C’est pourquoi nous proposons de démarrer avec 600 euros pour la première année, qui seront versés dès 2021 à ceux qui résident à Tremblay-en-France depuis au moins trois ans.

Notre proposition est possible dans le contexte particulier de Tremblay-en-France, pas dans les communes voisines

Chaque municipalité a des contraintes différentes et des ressources différentes. Mon mandat sera de faire au mieux pour les habitants de Tremblay. Nous avons des moyens importants, tant mieux pour nous. Ceci nous oblige encore plus à prendre soin de notre territoire et de ses habitants. Les villes voisines ont leurs projets. Nous coopérons avec elles sur d’autres sujets importants, en particulier sur les problèmes de circulation et de pollution.

Certains ont des doutes sur le droit d’une municipalité telle que Tremblay à créer un revenu universel

Par la loi NOTRe d’août 2015, les communes se sont vues confirmée une « clause générale de compétence » relativement aux affaires de leurs territoires. Ceci explique que les départements et régions ne peuvent pas prendre l’initiative de créer un revenu universel, alors qu’une commune peut lancer un tel projet, à condition d’en avoir les capacités financières. C’est comme cela que je comprends mon rôle de maire : je fais confiance aux habitants de cette ville et je veux les aider dans leurs projets au quotidien.